You are currently viewing Bien choisir ses couleurs pour la couverture de son livre

Bien choisir ses couleurs pour la couverture de son livre

En auto-édition, l’écrivain doit faire des choix importants quant à l’esthétique et à la présentation de son livre. Le choix des couleurs de la couverture du bouquin est tout aussi important que celui de la police d’écriture ou de la mise en page de l’ouvrage.

Comment créer une couverture originale qui respecte les tendances actuelles ?

Comment faire un livre qui se démarque des autres ? Réponses !

Adapter les couleurs au genre et au sujet du livre

Pour ce qui est du choix de la couleur dominante de la couverture du livre, il doit se faire en fonction :

  • du contenu de l’ouvrage,
  • du public cible et bien sûr,
  • de l’ambiance que l’on souhaite créer.

Ce sont les trois éléments clés à prendre en compte.

Bien entendu, l’idée est de créer une couverture qui donne directement le ton au lecteur. Grâce à sa couverture, ce dernier doit pouvoir deviner l’ambiance générale du bouquin et son genre.

Le visuel de la couverture doit laisser apparaître clairement le titre : celui-ci ne doit pas être noyé dans l’image ni dans les couleurs choisies par l’auteur.

Même si c’est une tendance, de mon côté je ne le propose ça, je trouve que cela brouille le message (possible de le faire lorsque l’on est connu).

Un thriller ne sera par exemple pas couvert de jaune, d’orange ou de vert, mais plutôt de noir, de rouge, de bleu foncé ou de gris.

Les romans de fantaisie ou de religions adoptent généralement des coloris violets mêlés de blanc, de noir, de bleu…

Les romans et les livres qui traitent de sujets légers, les feel-good, joyeux ou de développement personnel arborent des couleurs positives comme le rouge, le rose, le jaune, le vert, le bleu clair, le blanc…

Avant de réaliser la couverture du livre, il est possible de créer une planche tendance ou moodboard afin de définir l’univers visuel de l’ouvrage.

Cette planche servira de base pour choisir les couleurs à associer sur la couverture du livre. Les possibilités de personnalisations sont innombrables.

Se baser sur la roue chromatique pour créer un livre et sa couverture

Les couleurs nous inspirent des émotions particulières et nous offrent un ressenti unique. Lorsqu’on crée une couverture de livre, il faut prêter une attention très particulière au choix de ses couleurs. Elles ont toutes une signification singulière et vont influer sur l’intérêt et la décision d’achat du lecteur. Ici, l’enjeu est de taille. Il faut parvenir à bien marier les couleurs, leurs symboliques respectives et leurs concordances.

La roue chromatique est un nuancier qui permet d’apprécier les relations entre les différentes couleurs. Elle a permis d’étudier les relations entre les couleurs donc, mais également les effets psychologiques de chacune d’elle. Pour choisir la ou les couleurs d’une couverture de livre, il faut donc s’intéresser au champ d’études de la théorie des couleurs. Pour la couverture d’un livre autoédité, l’harmonie chromatique est importante.

La symbolique et l’influence psychologique des couleurs dans la réalisation d’un livre

Gris

Le gris est une couleur fade, douce et apaisante, qui renvoie au calme et au silence. Il peut aussi être synonyme de solitude, de tristesse ou de malheur. Il tient une place récurrente sur les ouvrages historiques, mais également sur les couvertures de polar ou de thrillers psychologiques.

Rouge

Le rouge est une couleur éclatante et chaude, qui nous évoque des émotions fortes. Dynamique et stimulante, elle provoque une réaction vive et a tendance à susciter l’enthousiasme. Son potentiel d’action est très fort et sa symbolique est positive, même s’il est souvent présent sur les couvertures de polar et de thrillers.

Bleu

Le bleu est une couleur très populaire et souvent utilisée dans les visuels de marketing. Elle possède aussi la signification la plus complexe en raison de ses multiples nuances. Il est le plus souvent synonyme de sérénité et de calme. Il déclenche également un sentiment de confiance.

Vert

Le vert est la couleur de l’harmonie, de l’abondance, du rafraîchissement. Il évoque l’énergie, la jeunesse, la stabilité, mais aussi le plein air et la nature. Tout dépend de sa nuance. Le vert est toutefois peu utilisé en édition, car il se vend assez mal.

Jaune

Le jaune est une couleur psychologiquement puissante, qui inspire confiance et remonte le moral. Il représente donc la joie de vivre et transmet des émotions positives. D’après le Wall Street Journal, le jaune criard est la couleur qui surpasse toutes les autres en couvertures des livres.

Violet

Le violet est une couleur douce, délicate, qui évoque généralement le rêve, la magie et l’imaginaire. Elle est tout à fait adaptée aux romans de fantaisie ou de science-fiction. Le violet est aussi utilisé pour illustrer les thèmes religieux.

Orange

L’orange est une couleur pleine d’énergie que l’on associe généralement à l’action. Cette couleur chaude rappelle la lumière, le soleil, le feu. Elle transmet de la joie, de l’optimisme et du plaisir, et elle peut être synonyme de détermination et de force. Ainsi, l’orange s’associe souvent au jaune et au rouge sur les couvertures.

Blanc

Le blanc est un symbole de lumière qui représente l’innocence, la délicatesse, la pureté, la paix et la sérénité. Il peut attirer l’œil du lecteur sur un élément spécifique de la couverture. Cela permet de mettre en lumière un détail clé du bouquin et attirer la curiosité du lecteur.

Noir

Le noir est synonyme de mystère, d’autorité, de rigueur et il est le plus souvent associé à des valeurs négatives. Néanmoins, il se marie très bien avec les autres couleurs et permet de les mettre en valeur. Le noir donne de la profondeur à la couverture et il est très souvent utilisé dans les couvertures de romans à suspens, les thrillers et les livres du genre.

Pour bien choisir ses couleurs et ne pas faire d’impair, voici un site vous permettra de réaliser les meilleures combinaisons de couleurs.

Autoéditer et imprimer son livre : l’erreur à éviter 

Les auteurs qui choisissent l’auto-édition commettent souvent l’erreur de surcharger la couverture de leur livre, en espérant attirer un maximum de regards sur leur ouvrage. C’est une erreur qui peut leur porter préjudice.

À l’inverse, trop minimiser une couverture peut aussi avoir un effet pervers sur l’attrait du livre, et donc sur ses ventes.

L’idée n’est pas de ressembler à un Gallimard, mais de parvenir à attirer l’attention.

Sans oublier que le livre peut être présenté sous différents formats, comme en eBook (livre numérique). La couverture du livre peut aussi présenter un effet mat (toucher soft) ou brillant.

Il faut parvenir à associer les couleurs, les illustrations et les informations écrites de façon à créer une couverture impactante, ni trop chargée, ni trop minimaliste.

En regardant la couverture, le lecteur doit pouvoir comprendre de quel type d’ouvrage il s’agit, sans pour autant obtenir tous les détails du livre.

Et cela peut être difficile pour des professionnels de l’écriture dont le métier n’est pas de créer des visuels, mais des contenus écrits.

L’accompagnement dans le domaine de l’auto-édition peut s’avérer utile à la création d’une couverture inspirante et réussie, avec des détails subtils, mais utiles au lecteur.

Besoin d’une couverture pour votre livre ?

Couverture pour livres

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.